MANOIR MONTMORENCY : Point de chute pour le brunch

MANOIR MONTMORENCY : Point de chute pour le brunch

A ceux qui croient que les brunchs du dimanche se ressemblent tous, celui du Manoir Montmorency mérite l’attention. Certes la formule s’apparente avec tant d’autres quant au menu mais ceux qui recherchent un peu plus que ce qui se retrouve dans l’assiette apprécieront la valeur ajoutée du lieu, de l’ambiance et du bon service.

Globalement, le brunch du dimanche du Manoir Montmorency constitue un excellent rapport qualité-prix qui supplante bien des offres du même genre. Pas surprenant que le rendez-vous dominical ait mérité le prix du Public dans la catégorie « Brunch » lors du 23e Gala de la restauration de Québec en 2011.

Ceux qui souhaitent élargir le plaisir de la sortie dominicale au-delà de la table uniquement apprécieront de pouvoir se plonger dans un lieu riche en histoire. Le parc de la Chute Montmorency n’a pas toujours été que touristique. En attente de passer à la salle à manger, une visite dans le petit centre d’interprétation s’impose. Les gens de Québec le savent certainement mais ceux qui en sont à une première découverte découvriront que ce lieu fut jadis le théâtre d’une intense période d’industrialisation. Dès 1894, l’endroit aura joué un rôle de premier plan, d’abord à l’époque des scieries puis lorsque l’usine de textile fut durant un siècle le fleuron de la région.

En 1985, la Dominion Textile fermera définitivement ses portes, plus de 210 métiers à tisser seront démantelés et l’imposante usine de filature sera démolie, effaçant ainsi près de 175 ans d’histoire dont il ne reste plus que les souvenirs en archives.

Un brunch vivant

Ceux qui recherchent un petit déjeuner tel ceux offerts dans certains restos-franchisés devront passer outre. Le brunch du Manoir est de belle qualité et n’a rien d’un Chez Cora ou Eggsquis.

La présentation des mets est dans une salle attenante à la salle à manger dont la fenestration donne sur le fleuve et l’Ile d’Orléans ainsi que sur une partie de la chute. En couple ou en quatuor, réservez côté fenêtres si vous le pouvez. Les groupes sont plus au centre de la pièce.

Le personnel est avenant, compétent et pas trop envahissant. On ne sent pas la précipitation dans le service. Un accordéoniste louvoyant entre les tables égayera l’ambiance sans excès de notes.

Au buffet, le plaisir de servir ne fait pas défaut. Jacinthe, l’experte aux crêpes, ne vous crêpera pas le chignon mais s’empressera de vous promettre « la meilleure qui soit ».  Son collègue aux réchauds prendra le temps de vous expliquer les mets avec une préférence non dissimulée pour la tourtière du Lac St-Jean.

Cet environnement d’employés qui ne transpirent pas le fardeau de la « job » mais le plaisir de servir contraste avec ces serveurs qui trop souvent précipitent les choses. Ce sentiment de bienvenue se manifestait déjà dès l’arrivée et à l’embarquement du téléphérique avec Alain, tout sourire et mi-blagueur qu’il ne voulait pas monter à bord parce qu’il avait peur des hauteurs. (sic)

Quelques notes utiles

Le brunch du dimanche est offert à l’année et affiche presque toujours complet. Le stationnement en haut comme en bas de la chute, ordinairement payant, est gratuit pour les « bruncheurs » qui ont eu la précaution de réserver. La remontée en téléphérique ne l’est cependant pas (10.39/pers – aller-retour par adulte).

Maximiser votre plaisir en profitant des coupons rabais du livret « Le Passe-Partout /services & bonne chère » – (Premier brunch plein prix – le second moitié prix)


 

 

 

 
NB :Le téléphérique ne fonctionnera pas de la fin octobre au temps des fêtes 2012 afin de permettre que ses 2 cabines soient restaurées en profondeur après quelques décennies de loyaux services. (Photo ci-bas : Facebook – Isabelle Vallée)