2

VIRGINIA BEACH : Méga camping municipal

En règle générale, les campings se situent loin des agglomérations urbaines. Ils sont rares à offrir une certaine proximité urbaine  comme à Rivière-du-Loup ou Magog-Omerville. Il y a aussi bien sûr quelques haltes comme celles au centre ville de Chicoutimi (gratuite), sur le littoral à Longueuil ou au Bassin Louise à Québec (65$/jour). Il ne faut donc pas se surprendre que le rabattement vers les Walmart soit si populaire.

Pourtant, un camping en ville peut être un formidable levier économique et un stimulant touristique sans pareil. Le méga camping du Holiday Trav-L-Park à Virginia Beach en est un exemple éloquent. Ouvert à l’année, l’endroit est immense mais quand même remarquablement bien aménagé en divers zones distinctes desservies par 4 piscines et tous les services dont on s’attend d’un endroit qui accueille des séjours de moyenne durée.

On comprend donc que l’endroit soit si prisé des québécois. Le drapeau du Québec trône d’ailleurs à l’entrée avec celui l’unifolié. Nous y retrouvons quelques touches de français, notamment sur le site internet, dans l’affichage et même sur certains documents remis aux campeurs. Le mérite revient à un “français de France“ comme on dit. Simon est natif de Lyon. Il a fait ses études aux USA. Aujourd’hui, il travaille à la réception du camping.

Les longues fréquentations mènent souvent à l’amour. C’est un peu ce qui s’est passé pour nous lors de notre séjour qui initialement devait durer que 3 nuits. La canicule persistante nous a fait profiter du confort de l’endroit 2 nuits supplémentaires et comme la chaleur accablante risquait de rendre le prochain déplacement sur la route inconfortable, nous avons même prolongé pour une 6e nuit.

Nous avons eu ainsi tout le loisir d’apprécier non seulement le camping mais aussi Virginia Beach que nous ne connaissions pas et qui nous reverra assurément. On a adoré malgré l’inconfort météorologique. La prochaine fois, la visite sera peut être plus tardive en septembre. Le climat sera certainement moins écrasant que celui vécue au début septembre. Les tarifs, après le congé de la Fête du travail, rendent le séjour très très abordable comparativement à la haute saison.

Nous n’osons pas imaginer quand le camping affiche complet en période de pointe estivale  malgré que l’infrastructure soit impeccable et capable d’en prendre. L’effervescence doit être à son comble. En septembre-octobre, même s’il ne reste qu’une piscine sur 4 et que quelques secteurs du camping soient fermés, l’endroit est certainement idyllique au meilleur de l’automne qui pourrait être plus maussade au nord. Nous reviendrons.

Le choix du site

Le camping compte 824 sites, majoritairement des pull-thrus. Toutes les options sont offertes, des 3 services au 2 services en passant par le site pour tentes et petits chalets si populaires chez nos voisins du sud. Certains secteurs ont même le câble quoique l’antenne du VR génère une offre de canaux assez large. D’autres sont des supers sites avec dalle de béton, espaces plus grand et gazon. Il y a en a pour toutes les attentes et conséquemment à des prix forts variés.

Si les circonstances vous permettent de choisir votre site avant de confirmer votre paiement, lorgnez sur ceux qui sont légèrement surélevé. Lors de fortes pluie comme c’est le cas sur la côte, vous apprécierez que celui-ci se draine facilement et que vous ne baigniez pas dans la barboteuse.

Il n’y a pas de puits de foyer mais il est permis de faire des feux dans les endroits non-gazonnés. L’équipe d’entretien veillera à tout nettoyer après votre départ.

L’un des services offerts qui nous a impressionnés fut l’aménagement de la salle de lavage et la qualité des équipements. Les salles de toilettes sont impeccables.

L’incontestable avantage demeure le stationnement privé gratuit réservé exclusivement aux campeurs qui vont à la plage en voiture. Il est situé à 5 km, ce qui en fait aussi une courte distance à vélo via une piste cyclable pour ceux qui choisissent cette option. Il est aussi possible, à certains moments, d’opter pour le transport en commun municipal transite à l’accueil, ce qui est fort utile pour ceux qui n’ont pas de youyou ou de vélo.

Le truc internet

L’internet n’est pas gratuit. 5$ pas jour ou 15$ pour la semaine. Le truc cependant pour ceux qui ne souhaitent pas débourser est de s’ouvrir un compte depuis son emplacement et une heure gratuite par tranche de 12 heures est alors offerte. Si vous avez plus qu’un ordi, I Pad ou I phone, ouvrez autant de compte distinct et jonglez avec les périodes de 12 heures pour avoir un accès plus fréquent à vos courriels durant le jour.

Le voisinage aérien

La lecture de plusieurs blogues nous avait prévenu. La proximité d’une base aérienne entraîne une circulation aérienne particulièrement bruyante. Tout est question de tolérance personnelle. Certains diront qu’un camping de bord d’autoroute est aussi bruyant. Que ce n’est pas pire que d’habiter à coté de l’aéroport de PET-Dorval.

En 6 jours, nous avons vécu des périodes d’intenses mouvements aérien peut être 3 jours sur trois et jamais la nuit. Avec la climatisation, la perception des bruyants (et parfois spectaculaires) appareils était diminuée. Globalement, ce fut parfois particulier mais pour notre niveau de tolérance, nous concluons que ce fut tout à fait acceptable.

L’alternative de First Landing

Au gré d’une promenade-découverte, nous sommes allés visiter « l’autre camping » de Virginia Beach. Situé dans un state park, le First Landing présente ses avantages et inconvénients. L’indiscutable atout demeure sa proximité immédiate avec la plage et la mer. Les parents apprécieront de ne pas avoir à déménager tout l’attirail de plage.

Il faudra s’accommoder de sites plus spartiates et avec 2 services uniquement.  Nous n’avons pas vérifié l’ampérage si important pour les climatiseurs et la prise d’eau tenait plus du pompage que le mode traditionnel.

Les deux options sont aussi bonnes l’une de l’autre. Tout est une question de goût. Plus de confort et plus cher pour le Holiday Trav-L-Park ou encore le modèle plus SEPAQ, moins cher, moins de services et accès instantané à la plage mais plus loin du boardwalk effervescent.

  • NDLR : Visité une seule fois. Septembre 2012. On y retournerait

Holliday VA 800 18

Holliday VA 800 18

Holliday VA 800 17

Holliday VA 800 17

Holliday VA 800 16

Holliday VA 800 16

Holliday VA 800 15

Holliday VA 800 15

Holliday VA 800 14

Holliday VA 800 14

Holliday VA 800 13

Holliday VA 800 13

Holliday VA 800 12

Holliday VA 800 12

Holliday VA 800 5

Holliday VA 800 5

Holliday VA 800 6

Holliday VA 800 6

Holliday VA 800 7

Holliday VA 800 7

Holliday VA 800 8

Holliday VA 800 8

Holliday VA 800 9

Holliday VA 800 9

Holliday VA 800 10

Holliday VA 800 10

Holliday VA 800 4

Holliday VA 800 4

Holliday VA 800 3

Holliday VA 800 3

Holliday VA 800 2

Holliday VA 800 2

Holliday VA 800 1

Holliday VA 800 1

Commentaires 2

    1. Post
      Author

      Mieux vaudrait contacter directement le camping. Il y a de fortes probabilités qu’on vous réponde en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *