1

NAVAL STATION NORFOLK : think BIG

La Virginie est incontestablement l’épicentre du déploiement militaire américain sur l’Est du continent. Ne pas s’y intéresser, c’est rater l’occasion de voir « de visu » que la défense de leur liberté n’a pas de commune mesure. Le Naval Station Norfolk est une ville dans une ville. Un campus militaire qui dépasse l’imagination.

Il est possible de visiter l’endroit mais il faut montrer patte blanche. Une pièce d’identité avec photo dont la photocopie sera archivée, le passage obligé dans un portail de détection métallique avant de monter dans le bus et interdiction de prendre des photos durant la tournée de 45 minutes sauf lorsque le guide l’autorise. Jamais nous ne pourrons descendre de la navette. Une découverte en autocar climatisé qui en vaut tout de même le coût nominal*, soit 10$ la visite ou 5$ pour les nouveaux sexagénaires que nous sommes. (*prix 2012)

Il n’était pas toujours facile de capter la cascade d’informations de notre guide au fort accent texan. Quelques chiffres donnent toutefois l’ampleur de ce qui constitue la plus importante base militaire américaine non seulement aux États-Unis mais au monde. A elle seule, elle pourrait contenir les 17 autres bases américaines qui la suivent au classement.

54,000 militaires y sont stationnés, appuyés par 14,000 civils. Les deux principales portes d’entrées (il y en a 5) voient chaque jour quelques 35,000 véhicules y transiter.

Interdit de photographier les navires sauf pour un depuis un lointain stationnement. Ces bateaux de tous les types sont plus nombreux que ceux que l’on pourrait voir dans un port de Montréal fort achalandé. Ils y sont principalement pour des raisons d’entretien. 75 y sont basés mais seul ceux ayant besoin d’entretien s’y trouvent à l’un des 13 quais. La majorité de la flotte est surtout en déploiement à travers le monde. S’y trouvaient également lors de notre visite, 3 sous-marins et un porte-avion dont le coût de fonctionnement atteint 1$ M par jour lorsqu’en service. On est loin d’une petite visite de bateaux militaires sur le fleuve St-Laurent qui souvent excite bien du monde.

On retrouve également 135 avions/hélicoptères dont plusieurs avions Skyhawk à $18 M pièce. (photo ci-haut) 11 hangars, dont certains ultra-résistants aux ouragans avec leur structure particulière. (photo ci-bas) La base aérienne est le théâtre de 100,000 mouvements d’appareils chaque année soit une moyenne de 275 vols par jour ou encore un vol aux 6 minutes. 150,000 passagers et 240,000 tonnes de matériel quittent l’endroit vers les missions européennes ou antillaises.

La base est auto-suffisante comme n’importe ville en importance. 3 gymnases, 3 casernes de pompiers, un terrain de golf, un salon de quille, un hôpital, des restaurants notamment 2 Mc D0 dont l’un est le plus fréquenté aux États-Unis et même un Tim Horton.

Notre visite aura été précédée par celle du président Barack Obama qui y aura fait escale 48 heures plus tôt. Il n’y sera demeuré que le temps d’un discours et 2 heures plus tard, il remontait dans Air Force ONE. 

  • Visité en septembre 2012

Norfolk 1602 1

Norfolk 1602 1

Norfolk 1602 2

Norfolk 1602 2

Norfolk 1602 3

Norfolk 1602 3

Norfolk 1602 4

Norfolk 1602 4

Norfolk 1602 5

Norfolk 1602 5

Norfolk 1602 6

Norfolk 1602 6

Norfolk 1602 8

Norfolk 1602 8

Norfolk 1602 9

Norfolk 1602 9

Norfolk 1602 10

Norfolk 1602 10

Commentaires 1

  1. Coucou!
    Nous vous suivons.Vous semblez faire pitié….
    Ici on commence à geler. Norfolk me rappelle des souvenirs…mais j’étais en mer sur le voilier de mon beau-frère.
    BISES MARIE-PAULE ET MICHEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *