4

YVON BEZEAU : MÉMOIRE VIVANTE DE LA CÔTE-NORD

Par respect pour les paroissiens assistant à la messe dominicale, nous avions préféré attendre la fin des célébrations avant de pénétrer dans l’église St-Hyppolyte de Rivière-au-Tonnerre. Une fois le parvis franchi et contre toute attente, le destin a mis sur notre chemin de touriste explorateur, rien de moins que la mémoire vivante d’un lieu qu’aucune archive ne saurait rendre aussi bien. Nous avons ainsi pu assister à un autre genre de messe.

Droit comme un chêne et toujours l’œil vif, Yvon Bezeau dévoile déjà dans l’allée au cœur de l’église ses histoires auprès d’un petit groupe qui ne cessera de grandir sans jamais perdre un fidèle durant plus d’une heure. C’est vous dire combien l’homme est captivant.

Ce raconteur hors pair est né dans cette église, il y a 92 ans, 9 mois et demi, s’empresse-t-il de préciser comme pour témoigner sa reconnaissance de pouvoir profiter de chaque jour que la vie lui apporte. L’homme est généreux du propos, voire intarissable. Il porte contre lui, tel un missel, un épais cartable dont chacune des pages alimente un souvenir, une anecdote ou une légende.

Rapidement tous se retrouvent autour de l’hôtel comme autour d’une table de conférence. Plus tard, il invitera ses « nouveaux fidèles » à le suivre dans la sacristie qui autrefois faisait aussi office de salon mortuaire.

Tout raconter de ce feu roulant d’histoires serait trop exhaustif. On apprendra quand même pourquoi l’église possède deux jubés. C’était pour contenir les 800 paroissiens de l’époque de sa construction réalisée par 300 bénévoles en 1906 dont certains ont « gossé » au canif les 60 motifs qui ornent la voûte de 8 mètres de haut. L’église a été rénovée à la fin des années 70.

Aujourd’hui, le village de Rivière-au-Tonnerre a vieilli et il ne reste plus que 267 habitants. Les jeunes l’ont déserté au point où la relève est absente, se désole M. Bezeau en pointant l’école du village qui a accueilli ses 3 derniers élèves il y a un an. Son espoir demeure que l’espace devenu vacant sert toujours d’enseignement, mais celui de l’histoire issue des nombreux documents qu’il a colligés au fil des décennies et remis à la municipalité. Un projet en ce sens est en gestation.

… On perpétuera ainsi la mémoire de l’église et son village, mais aussi la mémoire d’un homme qui a su si bien la préserver.

Bezeau 8002 (1)

Bezeau 8002 (1)

Bezeau 8002

Bezeau 8002

Bezeau 8007

Bezeau 8007

Tonnerre 8012

Tonnerre 8012

Bezeau 8003

Bezeau 8003

Bezeau 8008

Bezeau 8008

Bezeau 8009

Bezeau 8009

Bezeau 8004

Bezeau 8004

Bezeau 8001 (1)

Bezeau 8001 (1)

Bezeau 8001

Bezeau 8001

Commentaires 4

  1. C’est merveilleux cette technologie; de Lisbonne où nous sommes nous vous suivons pas-à-pas .

    Bon retour!
    Marie-Paule et Michel

    1. Post
      Author

      Si les voyages forment la jeunesse, ils permettent à la vieillesse de rester jeune. Vous vous y adonnez fort bien tout comme nous.

  2. Un personnage hors du commun! Il en existait autrefois dans bien des villages québécois, aujourd’hui, Yvon Bezeau est surement un des derniers. Ce qui est frappant dans cette histoire est de constater le déclin du village Rivière-au-Tonnerre qui est passé de 800 habitants au début du 20e siècle à 267, c’est aussi une histoire qui se répète dans bien des villages du Québec, dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *