AMIS DU MONT-SAINTE-ANNE : ON SOUHAITE PROVOQUER LES CHOSES

Promesse tenue pour les « Amis du Mont-Sainte-Anne » qui dévoile sa vision de ce que devrait être le plan de relance d’une station qui ne cesse de battre de l’aile. Le document rendu publique fait un juste diagnostic des carences actuelles et s’aventure à ébaucher une vision d’avenir qui ratisse large sans être précise à bien des égards. Pour l’instant, il s’agit d’un document de travail à des fins de discussions dont on espère qu’elles s’amorceront « plus vite que tard » avec les instances gouvernementales, des investisseurs potentiels et/ou l’actuel propriétaire Resort of the Canadian Rockies.

Qu’on ne se leurre pas, ce n’est pas demain la veille que tout sera attaché. La saison prochaine risque d’être un copier/coller de la saison dernière dans un contexte où le dossier avancera aussi lentement que l’anémique remontée La Tortue qui semble toujours sur respirateur artificiel.

On comprend l’espoir, voire l’anxiété des skieurs du Mont dont la patience et l’exaspération commencent à avoir la mèche courte, surtout en voyant sa voisine du Massif de Charlevoix sur une lancée qui n’a jamais été aussi prometteuse.

L’initiative des Amis du Mont-Sainte-Anne est fort louable, mais encore faudra-t-il que quelqu’un reprenne la balle au bond. Pour l’instant, le calendrier le plus optimiste nous reporte encore bien loin de la « coupe aux lèvres ».

Le président des Amis du Mont-Sainte-Anne, Yvon Charest reconnait que le plan n’est pas complet. Au Carnet du ski, ce dernier précise que le plan sera encore plus articulé dans une seconde étape qui prévoit des consultations plus approfondies notamment auprès d’experts en montagne.

Mutisme jusqu’ici de Resort of the Canadian Rockies qui dit respecter la démarche de l’OBNL tout en s’en tenant à son propre plan directeur, tel que le confiait à Radio-Canada le vice-président du MSA, Maxime Cretin.  Ce plan demeure pour l’instant inconnu de la clientèle inquiète.

Si contact il y a éventuellement avec RCR, ce ne sera que dans plusieurs mois après avoir convaincu des investisseurs à passer de la parole aux actes et se commettre afin d’avoir un poids dans la négociation. La période de courtise pourrait être longue car les investisseurs ne voudront pas être seulement mécènes, mais avoir aussi un retour sur leur investissement. L’analyse est loin d’être complétée pour eux tant que toutes les cartes ne sont pas sur la table.

Quant aux instances gouvernementales secouées par les couts de la pandémie, les dépenses exponentielles en santé et les méga factures des réseaux structurants de transport, il faudra peut-être attendre la prochaine campagne électorale avant qu’on ne délie les cordons de la bourse.

Une fois tout le dossier attaché, il faudra alors passer les commandes pour de nouvelles remontées qui mettront au moins un an à être manufacturées/installées. Ce n’est donc pas demain la veille !

Les Amis du Mont-Sainte-Anne tente actuellement un ultime effort pour mettre la table et encore là il faut saluer leur initiative rassembleuse des amants de cette station légendaire. Ils ne seront cependant pas, à eux seuls, la solution. Il faudra que les planètes soient bien alignées. Pour l’instant le firmament est encore nuageux et on ne voit pas la constellation espérée. Souhaitons que l’initiative des AMSA provoque déjà quelques éclaircies vers des jours meilleurs.

NDLR : Le texte ci-haut est une analyse de l’auteur dont les conclusions ne sont pas absolues et sauront changer au gré de nouvelles circonstances.

CONSULTEZ ET TÉLÉCHARGEZ LE PLAN COMPLET 

REVUE DE PRESSE :

RADIO-CANADA – Un projet de relance à 175 M$ proposé au Mont-Sainte-Anne

LE SOLEIL – Revitalisation majeure pour le Mont-Sainte-Anne

JOURNAL DE QUÉBEC – Un plan de 735 M pour revitaliser le Mont-Sainte-Anne

LA PRESSE PLUS – Une somme de 175 millions nécessaire pour « rajeunir » le Mont-Sainte-Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *