CHAMONIX : RENCONTRE AVEC UNE VALLÉE MYTHIQUE

On ne choisit pas Chamonix pour faire un voyage de ski comme les autres. Certes il y a le ski mais il y a aussi la rencontre avec une région mythique exceptionnelle de l’univers alpin. Pas surprenant que Chamonix soit le 3e site naturel le plus visité au monde. On quitte souvent l’endroit avec le regret de ne pas avoir tout vu et la promesse d’y revenir.
Chamonix est blottie dans une spectaculaire vallée entre l’Italie et la Suisse. Son passé légendaire lui confère une profondeur à laquelle ne peuvent prétendre bien des centres alpins européens. Hôtesse des premiers Jeux olympiques d’hiver en 1924, son héritage olympique est palpable.

Combien de stations « ski in / ski out » peuvent d’ailleurs prétendre offrir une ascension de l’Aiguille du Midi, du ski sur au moins 2 glaciers (Argentière et Mer de glace), 4 stations majeures dans un rayon de jamais plus d’une trentaine de minutes dont une à bord d’un charmant petit train tortillard qui vous dépose directement au pied d’une télécabine? (Balme). Située à l’embouchure du fameux tunnel du Mon Blanc, la station italienne de Courmayeur est à deux pas.

L’infrastructure en montagne est à la fine pointe. L’interrelation entre les secteurs skiables est claire et saura en rassurer plus d’un. Peu importe le domaine skiable choisit, la vue de la ville sise au creux de la vallée est omniprésente.

Chamonix possède cette qualité que le skieur n’est pas captif des impondérables inhérents à un voyage de ski tels les soubresauts météorologiques ou simplement la mauvaise forme qui confinent parfois aux simples installations de la station. L’offre en restauration saura sustenter les plus difficiles palais. Musées et un casino complètent les opportunités de séjour dans un centre-ville à travers lequel on peut circuler gratuitement à bord de petites navettes non polluantes appelées « les Mulets ».

Une kyrielle d’activités autre que le ski est aussi au rendez-vous; tennis, squash, mur d’escalade, quilles, patinoires, 17 km de sentiers pédestre, sauna et salles d’exercice.

Située à moins de 100 km de l’aéroport de Genève, le voyageur nord-américain appréciera de pouvoir dès son arrivée profiter d’une journée d’acclimatation sans avoir à souffrir d’un long transfert vers la destination.

LE MEILLEUR DES DEUX MONDES

Dans l’esprit de plusieurs, skier à Chamonix est synonyme de ski difficile et ardu. Cette affirmation est peut-être vraie pour les novices et les petites familles, mais tout bon skieur intermédiaire du Québec ne devrait pas se priver d’un séjour dans ce berceau du ski français au risque de laisser filer l’opportunité de vivre l’une des plus excitantes expériences alpines qui soient.

Combien de stations ski in / ski out peuvent en effet prétendre offrir une ascension de l’Aiguille du Midi sur au moins 2 glaciers (Argentière et Mer de Glace), 4 stations majeures dans un rayon de jamais plus d’une trentaine de minutes dont une à bord d’un charmant petit train tortillard qui vous dépose directement au pied d’une télécabine? (Balme)

Chamonix possède cette qualité que le skieur ne soit pas captif des impondérables inhérents à un voyage de ski tels les soubresauts météorologiques ou simplement la mauvaise forme qui confine parfois aux simples installations de la station. Chamonix, c’est plus qu’une station de ski, c’est une ville légendaire, hôtesse des premiers Jeux olympiques d’hiver en 1924. C’est une destination qui possède une profonde culture représentant une merveilleuse complémentarité d’activités à l’excursionniste-ski.

La destination sera fort prisée de ceux qui croient qu’un voyage de ski en Europe, ce n’est pas que le ski. Imaginez avoir le meilleur des deux mondes que l’on ne retrouve pas nécessairement dans une méga station qualifiée par de méchantes langues ‘’d’usine à ski’’.

Les rubriques ci-contre livrent la perception du webmestre du Carnet du ski à la suite d’un trop bref séjour au printemps 2007. Pour de plus amples détails, le visiteur s’en remettra au site institutionnel de la Compagnie du Mont-Blanc qui au demeurant est fort complet »

FOURCHETTE DE SUGGESTIONS

AVANT PROPOS : La liste qui suit est le fruit des expériences personnelles du webmestre et des suggestion de Richard Dubreuil, représentant de destination chez Voyages Gendron. Les commentaires ne valent que pour le moment des visites et ils ne doivent pas être interprétés comme des vérités absolues, non plus comme des critiques gastronomiques. L’appréciation des endroits peut varier selon les critères de chacun. Merci de ne pas nous en tenir rigueur s’il devait en être autrement dans l’éventualité où vous seriez d’opinion contraire.

MAISON CARRIER (Coup de Coeur du Carnet du ski)
C’est un classique à Chamonix. C’est toujours un incontournable à chaque visite et jamais la déception n’aura été au rendez-vous. D’abord le décor est typiquement chamoyard et assez unique avec son impressionnant fumoir au centre du restaurant. On y sert la cuisine paysanne de type brasserie (à ne pas confondre avec les brasseries québécoises). Les locaux diront que la carte n’a guère évoluée depuis plusieurs années mais pour un visiteur occasionnel le maintient des standards qui ont fait sa haute réputation est un gage d’une belle soirée. Les prix sont dans la moyenne sans exagération quoique élevé comme l’ensemble de la restauration à Chamonix. Tant qu’à débourser, aussi bien en avoir pour son argent. Laissez-vous guider dans le choix des vins par le maître d’hôtel Serge. Dites-lui que c’est le chroniqueur-ski, Roger Laroche qui vous a dit que la recommandation d’agencement vin-mets ira dans la fourchette des prix raisonnables. N’y allez pas en groupe élargie mais plutôt en tête à tête ou maximum 3 couples. Site officiel de l’endroit 

PIZZERIA ALPINA
Ce petit resto très discret à l’arrière de l’hôtel Alpina, le long du canal, est tenu par une canadienne et son mari italien. L’ambiance est bonne, le service avenant et la cuisine honnête. L’endroit est très prisé par les québécois qui logent à l’hôtel.
(Derrière l’hôtel Alpina) 79 Galerie Alpina, Chamonix Tel : 0450539841

CHAMBRE-NEUF
Posté devant la gare, ce resto jouit aussi d’une bonne réputation auprès des locaux. Il est un peu hors circuit de l’axe commercial. En soirée l’endroit est cependant bruyant avec la musique. Prix correct et dans la moyenne. Les tortellinis nous ont littéralement subjugués. Nous avons déjà pris un pot d’après-ski sur la terrasse extérieure lors d’une visite en ski de printemps et ce fut fort agréable. Situé à deux pas de La Ginabelle.

LA FLAMBÉE
Ce restaurant est nouveau à Chamonix (dec 2011) mais fut présent durant une douzaine d’année à Argentière (Grands-Montets). Il est situé à 2 pas, sur le même coté de rue, que Chambre-Neuf. La carte est très ouverte allant du menu du jour, les hamburgers, les plats régionaux tel la tartiflette et même une sélection de pizzas qui peuvent être emportés pour ceux qui résident en appart-condo. Les plats sont dans une fourchette de prix assez universelle et même légèrement plus bas que la moyenne. La carte des vins, surtout locaux, est dans la norme. L’ambiance est teintée de vieux articles alpins et d’images du passé chamoyard. Saluer de notre part, l’ami de la maison qui y travaille occasionnellement, Raymond Ducroz. Véritable légende locale et au demeurant fort sympathique, son fils est au surcroit champion de France de Freestyle. Il saura vous jaser. Idéal pour un souper de groupe. La ventilation mériterait d’être améliorée.

LA CALÈCHE
Vous recherchez une ambiance chaleureuse, au décor très typiquement savoyard et une soirée fondue ? Voici l’endroit. Les locaux nous l’aurons recommandé avec raison. C’était exquis. Le service quoiqu’impeccable, manquait de chaleur ce qui aurait ajouté au plaisir. Quand même un incontournable local.
(Face à la poste) 18 rue Paccard, Chamonix Tel : 0450559468

IRISH CAFÉ
Situé au cœur du quartier commercial. Nous y avons pris le spécial moules à 14Euros, petite bière comprise. Notre serveur était parmi les plus enjoués rencontrés à Chamonix. Ses compères auraient intérêt à prendre exemple sur lui.

CAP HORN
Ce resto est plutôt un complexe de restos. Il fut inauguré à l’hiver 2011-2012. Il est situé dans la très jolie petite ruelle Des Moulins. Il propose une sa salle à manger spécialisée fruits de mer fort jolie que nous n’avons pas expérimenté non plus que le lounge au sous sol. Par contre, le Cap Blanc, spécialisé en Sushi nous a comblés à un prix quand même raisonnable. 160 Euros pour 4 incluant une super bouteille de Sancerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *