top of page

HILTON HEAD, SC : Pédaler avec les dauphins


Ce n’est pas souvent que l’on fait la grève en vélo (sic). Généralement, on va à la plage pour s’y tremper les pieds dans la mer et dans le sable mou. On y apporte le parasol plutôt que la bicyclette. Dans l’île d’Hilton Head en Caroline du Sud, on peut substituer la longue marche à pied par une longue balade… à vélo. Plaisir assuré avec en prime, la chance de pouvoir côtoyer les dauphins à un jet de pierre.


Pour le plaisancier du vélo, l’île d’Hilton Head n’est pas l’île de Nantucket et encore moins celle de Martha’s Vineyard. Non plus est-ce la péninsule de Cape Cod quoiqu’il pourrait y avoir parfois des affinités avec ces endroits. Dans ce coin de paradis de la Caroline du Sud, le vélo possède ses lettres de noblesse au même titre que la douce Hollande mais dans une plus humble mesure bien sûr. Là aussi le vélo est omniprésent pour le loisir mais aussi pour des déplacements utilitaires malgré les longues distances entre les divers secteurs.



Vue sur une carte, l’île de Hilton Head a étrangement la forme d’une chaussure de sport (running shoe) ce qui la prédestine certainement à sa prétention sportive où le golf et le tennis sont aussi fort prisés. Compris dans un territoire de 20 km par 8 km, l’île recèle d’un réseau cyclable de près de 100 km ; sentiers urbain ou sauvage mais aussi un accès à plus de 20 km de plage cyclable à marée basse.


Pas besoin d’un vélo de montagne pour rouler sur le sable étonnamment durci. La balade est plus que facile et agréable avec de bons pneus hybrides. Les accès à la plage sont nombreux à partir des secteurs domiciliés (plantations) où l’on retrouve la moitié des pistes bétonnées ou asphaltées sillonnant les belles demeures nichées dans un bain de nature que les aménagistes urbains ont su si bien protéger.



Hilton Head c’est en quelque sorte l’anti-Floride. Pas de grands boulevards ni de mégas autoroutes aux voies multiples. L’île a comme unique épine dorsale routière un magnifique « parkway » où tous les commerces sont discrètement retranchés derrière un couvert végétal. La signalisation est basse et pas criarde. Les fils électriques sont enfouis. Les rues ne sont pas éclairées. Par moment, on croirait que l’ile dont la population est de 40,000 habitants (60,000 en été) est littéralement inhabitée.



Hilton Head n’a pas d’épicentre tel un vieux quartier ou un centre ville. Il ne manque pourtant rien car toutes les grandes bannières commerciales y ont pignon. Ne cherchez pas les endroits manufacturés à la floridienne comme aménagement urbain. Le dépaysement est total quoiqu’il faille y mettre un peu de temps avant de s’arrimer à cet environnement qui n’a rien de classique.


Une halte de 4 jours en route vers la Floride se sera avérée trop courte mais nous aura suffisamment mis en appétit. Au retour de fin d’hiver sudiste, nous nous y arrêterons certainement plus longuement au moment où la floraison printanière est spectaculaire.

Bien sûr que nous retournerons y faire la grève…..


  • Visité : novembre 2015


3 vues

Comments


Commentaires

Share Your ThoughtsBe the first to write a comment.
bottom of page