top of page

WHITE MOUNTAINS, NH : Balade préautomnale


Nous sommes à la mi-septembre. Les écoliers sont de retour en classe. L’automne ne sera officiel que dans 5 jours. La horde de baladeurs des couleurs n’a pas encore envahi la région alors que les feuilles commencent à peine à prendre leurs teintes en feu.  On ne pouvait avoir meilleures conditions pour profiter de la découverte à nous seuls.


La région du nord de l’État du New Hampshire et ses majestueuses montagnes est à un jet de pierre de la frontière du Québec, mais elle est bien distincte de sa voisine estrienne. Sillonner ses petites routes nous transporte tout simplement ailleurs.


Nous sommes basés à Littleton dans un sympathique camping à 8 km à peine de la I-93. Cette ville dont on ne s’arrête jamais alors que l’on fait route en été vers la Côte ou en hiver vers les côtes alpines nous aura été trop longtemps ignorée. Elle fera l’objet à elle seule d’un blogue futur.



Première destination ; le village de Bethleem, repère estival des juifs hassidiques de New-York. Visite privilégiée chez le beau-frère d’une amie américaine dont le garage est une découverte qui dépasse tout entendement. Voici un gars de chars, un collectionneur passionné d’objets rétros, un vrai « local » sympathique à souhait. Merci Phil Bell !



Non loin de là, sur la route 302, arrêt dans une boutique d’un artiste-ferblantier hors du commun. Toutes les « œuvres » sont composées de pièces mécaniques. Du jamais vu qui témoigne là encore que nous avons droit aux fruits d’un passionné.



La région pullule de granges ou de boutiques d’antiquaires. Quand on pense qu’on jette nos choux gras que nous pourrions monnayer avec le temps.



Direction Franconia et sa bucolique Sugar Hill, d’où on peut apercevoir au loin les pistes de la station de ski Cannon que nous avons dévalée si souvent.  Pauses multiples pour les photos et pause pour le lunch dans un légendaire resto Polly’s Pancake où les sandwichs originaux nous sustentent la panse.


Relance de la balade dans les rangs à vouloir s’y perdre pour un retour en marge de l’autoroute qui nous rebute d’emprunter tellement le paysage est séduisant.

Rien de touristique. Rien qui ne correspond aux brochures. Rien qui ne soit trop organisé et qui nous fait ainsi conclure que nous ne sommes quand même pas venus ici pour « un rien ».


* Simple balade réalisée le 18 septembre 2019



Comments


Commentaires

Share Your ThoughtsBe the first to write a comment.
bottom of page