top of page

À LA RENCONTRE D’UN PERSONNAGE HORS DU COMMUN


Il se nomme Élie Fortin. C’est mon ami, non pas de longue date, mais d’à peine quelques années. Nous avons très peu en commun si ce n’est la passion du VR et la cohabitation dans le même Resort floridien en hiver.(jusqu'en 2021)  Élie n’est pas unique, mais dans le monde moderne d’aujourd’hui, des personnages comme lui ne sont pas légions. Récit d’un séjour-rencontre trop bref …


On dit que parfois les contraires s’attirent et c’est d’ailleurs ce qui rend notre amitié si particulière. Elle n’a rien de flamboyante, mais elle demeure intéressante tout en sachant m’amener ailleurs de ce que je suis et de ce que je ne serai probablement jamais.


Raconter la vie d’Élie Fortin pourrait tenir dans un livre, voire même une encyclopédie. Un auteur n’aurait pas de difficultés à noircir bien des pages à partir des anecdotes de ce verbomoteur invétéré.  À 68 ans, il a déjà le vécu d’un centenaire tellement le cumul de ses aventures et mésaventures dépassent parfois tout entendement.


Loin de nous de vouloir tout raconter dans un modeste blogue qui saura au mieux, être une capture d’écran d’un séjour de 48 heures à l’ombre de sa grange verte, gardienne de ses nombreuses passions.



Vieillissement oblige, l’une de ses passions est actuellement en attrition.  Il a déjà possédé une douzaine de chevaux. Aujourd’hui, il n’en a plus qu’un seul et demeure gardien de 2 autres. Selles, carrioles, charriots de pierres des champs et autres attelages demeurent toujours entreposés sous et dans l’enceinte de l’immense âtre de sa grange en attendant d’être complètement bradés à des collectionneurs.



Ironiquement, sa passion équestre se traduit aussi par cette autre passion encore plus dominante soit celle du « horse power ». Élie est foncièrement un gars de char. A ce jour, il en a possédé, rien de moins que 238.  Très majoritairement usagés, il les a tous revendus avec profit sauf les 2 seules voitures de luxe neuves qu’il a possédées et qui furent victimes d’une trop grande dépréciation. Sa propension va surtout vers les voitures de collection dont cette Chrysler Newport 1962 décapotable qu’il conserve jalousement.



De tout son paddock de voitures, ce seront cependant ses 4 étalons qui font sa fierté, soit les 4 légendaires Dodge Viper qu’il a possédé. La dernière est une 2008 qu’il chérit particulièrement. Une brève sortie comme passager nous aura convaincus que ce n’est pas n’importe quel cavalier qui peut brider cette monture de course.




Son garage attenant à sa jolie maison est son refuge. On y retrouve son atelier mécanique et sa panoplie d’outils. Mécanicien hors pair et ingénieux patenteux, il a même aménagé à même une dénivellation de terrain, un puits pour changement d’huile.



Dans un coin reclus de son garage, on retrouve une petite pièce qui fait office de musée de souvenirs. Ça sent la famille Dodge/Chrysler à plein nez et plein la vue. L’endroit témoigne des nombreux endroits où il a bourlingué partout en Amérique du Nord, de concours en concours de belles d’autrefois et de rallyes de Viper en y ramenant quelques trophées.



Élie est aussi un gars de bois. Ses terres de 120 acres blottie entre le 3e et le 5e rang à St-Valérien–de-Rimouski comportent environ 50,000 arbres, dont quelque 30,000 ont été émondés durant plus de 30 ans et entretenus tel un jardin. En vrai Joe Monférant, il n’est pas rare de le voir aller bucher aux aurores et multiplier les cordes de bois qui rapidement trouvent preneur dans la région. Le tracteur et la coupeuse de bois ayant rendu l’âme au lendemain de notre départ aura toutefois sonné le glas d’une autre de ses exigeantes passions.



En quête de ressourcement, il privilégie particulièrement le boisé arrière à sa demeure, et sa plantation d’épinettes toutes alignées comme des soldats de régiment qui n’ont pas bronchés depuis leur mise en terre il y a 30 ans.

Ses très grandes familles, arboricole et motorisée, sont en quelque sorte à l’image de ses origines. Il est fils d’une famille de 14 enfants et marié depuis 45 ans à Véronique, son amour de jeunesse, elle aussi issue d’une famille de 15 enfants.


Cette génétique n’a toutefois pas généré autant, car l’indissociable couple n’a que 3 enfants. Un gars à Québec ainsi qu’une fille et un gars en Colombie-Britannique où il a professionnellement œuvré durant 30 ans comme contremaitre forestier.

De Véronique, nous retiendrons son doigté culinaire à nous sustenter la panse, même lors des collations inattendues. Sa tarte aux fraises tenait du péché à nous culpabiliser d’être gourmand.



OUI… Elie a certes des défauts, mais faute d’espace dans ce blogue, nous allons passer outre. (sic) L’important est de retenir que des modèles comme lui, il en reste peu aujourd’hui. En fait, il est un peu comme ses voitures de collections, c’est à dire qu’il y en a de moins en moins.


  • Visité en boonedocking en août 2020 et août 2021



3 vues

Comentarios


Commentaires

Share Your ThoughtsBe the first to write a comment.
bottom of page