top of page

RIMOUSKI / STE-LUCE-SUR-MER : le littoral à pédales


L’air des vacances, l’air salin de l’estuaire, l’air de rien… et voilà une surprenante découverte de vacances soit 50 kilomètres à vélo sur une des plus belles portions de la Route Verte au Québec. Un aller-retour Rimouski/ Ste-Luce-sur-Mer qui saura plaire autant aux adeptes de pistes cyclables qui n’osent s’aventurer sur route qu’aux cyclo-sportifs en quête d’une balade aisée.


Ceux qui transitent souvent trop vite à Rimouski ne soupçonnent pas que la ville recèle d’un magnifique parc urbain où d’imposantes sculptures s’intègrent harmonieusement dans le décor. Le vaste stationnement (gratuit) du Parc Beauséjour constitue notre point de départ d’une journée rêvée.


Nous longerons d’abord la rivière Rimouski qui tout comme elle, nous mènera au fleuve. De là, nous enfilons vers l’Est une magnifique piste partagée (vélos-piétons) qui épouse de façon très sécuritaire le littoral en parallèle du très achalandé boulevard René-Lepage. Voilà un remarquable aménagement urbain avec sa très belle promenade où 2 promontoires en structure, à l’image d’un pont de navire, permettent de petites escales.

L’enfilade de quelques petites rues paisibles mènera à la destination touristique fort prisée du site historique maritime de Pointe-aux-Pères. Déjà visité par notre bande des sept, l’endroit mérite cependant l’exploration tant du sous-marin Onondaga, d’un des plus hauts phare au Canada et ses bâtiments attenants sans compter le musée rappelant l’historique naufrage de l’Empress of Ireland. Les caravaniers en quête d’un endroit à squatter, bien meilleur qu’un Walmart, sauront apprécier.


Retour en piste cyclable pour quelques kilomètres de belle surface de roulement, y compris une très éphémère portion sur poussière de roche. Chemin faisant, l’air marin nous tonifie. La vue de la berge s’allonge alors que la marée baisse. On se met à rêver de posséder une des ces petites propriétés soigneusement entretenues.


Déjà l’entrée à Ste-Luce-sur-Mer semble trop précoce. Avant la pause resto du midi, nous allongeons la randonnée jusqu’aux limites Est de Ste-Luce . Nous passons devant ces petites « cabins » de couleurs, les belles auberges et les abris de la promenade de l’Anse-aux-Coques où sont à l’œuvre les sculpteurs participants au symposium « Les sculpturales » qui a cours à la fin août.

Pour se sustenter la panse, le « Resto-café L’anse-aux-Coques ». Nourriture honnête, prix abordables et belle ambiance quoique le service soit un peu lent, nous sommes après tout en vacances. Et qui dit vacances, dit gâterie. À l’amorce du retour vers Rimouski, arrêt obligé « Chez Ashini », le comptoir de crème glacé où la nomenclature des saveurs proposées sauront faire céder ceux qui croyaient leur estomac comble.


Le retour sera tout aussi agréable que l’allée malgré un léger vent dans le nez. Les bosquets de rosiers sauvages sauront faire parfois écran au vent et nous faire oublier ce léger irritant.


En somme, une balade sur le littoral qui n’a pas d’égal.


18 vues

Comments


Commentaires

Share Your ThoughtsBe the first to write a comment.
bottom of page